Archives pour la categorie ‘document’

SUR LES EPAULES DE DARWIN. JC Ameisen ♥♥♥

image epaule de darwin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne présente pas Jean Claude Ameisen animateur d’une chronique sur France inter, le samedi matin, auréolé de nombreux prix.

Mais s’asseoir et lire ou écouter ce magicien de la nature qui avec des mots simples vous livre « des spectacles admirables » de ce monde qui est au milieu de nous et que nous ne voyons plus, est une révélation et un enchantement de tous les instants.

Que ce soit le monde des abeilles ou celui des fourmis, il nous dévoile une intelligence stupéfiante de ces minuscules êtres vivants que nous côtoyons tous les jours, le nez penché sur nos monuments de petites vies, alors qu’autour de nous, si nous nous donnons juste la peine de regarder, existe un monde extraordinaire dont nous sommes issus mais que nous avons oublié, négligé, peut être méprisé, alors qu’il nous donne les plus belles leçons de vie

A lire pour être émerveillé.

LA CLAIRE FONTAINE. David Bosc ♥♥♥

image claire fontaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que vous aimiez la peinture ou qu’elle vous laisse indifférent, vous ne pourrez rester de marbre devant ce petit bijou improbable sur la vie de Courbet, sur la nature profonde de cet être éperdument amoureux de la vie, des femmes, de l’alcool, de la nature et qui se désolait de ne pouvoir l’exprimer simplement que par ses pinceaux et ses crayons. Il aurait voulu pouvoir rendre avec sa palette toute la gamme infinie des cinq sens.

David Bosc nous retrace dans une langue vive, éclatante et poétique les dernières années de Courbet à la Tour de Peilz, sur les bords du lac Léman, où il mourut et fut enterré.

Difficile de faire plus bel hommage à cet homme immense qui nous enchante encore.

Merci et Bravo avec des roulements de r à ce natif de Carcassonne..

A lire comme de l’eau fraîche en plein été !

CE QU’IL ADVINT DU SAUVAGE BLANC. François Garde ♥♥

 

image sauvage blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premier roman : neuf prix … Question obsédante, les yeux rivés sur le bandeau rouge des citations: Réalité ? Arnaque ?

4° de couv’ : XIX° siècle, un blanc, oublié sur une ile, devenu « sauvage » avec les « sauvages », est retrouvé 17 ans après et récupéré, quasi amnésique, par la « civilisation » qui tentera de le réintégrer sous l’oeil bienveillant d’un scientifique humaniste.

Extrait d’une histoire vraie mais très romancée, ce récit a deux voix:

- celle du scientifique, rêvant de gloire,qui tente de découvrir,désespérément, les mécanismes de survie de cet homme pendant ces 17 ans dans un univers totalement hostile et permettre ainsi, dans une époque secouée par Darwin, une avancée ethnologique et qui se heurte à un mutisme farouche de son objet d’études.

- celle du héros,totalement muet à la « civilisation », mais nous faisant seul confident de son expérience qu’il refuse d’exprimer car il a compris que « parler c’est mourir » car ne peut coexister en lui ces deux mondes.

Premier roman totalement maîtrisé, puissant, soulevant l’universel problème de l’intégration et du souvenir et l’éternelle question de la dualité « sauvage-civilisé »

Pas d’arnaque vous pouvez le poser sur la pile !

L’OUBLI QUE NOUS SERONS. Hector Abad ♥♥♥

image oubli que nous serons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une figure paternelle héroïque dans une Colombie dévastée par un pouvoir militaire sanguinaire.

Encore une de ces guérillas meurtrières sud-américaines pourrait on penser, où se mêle dictature, narco-trafiquants et révolutionnaires sauf que cette autobiographie utilise comme toile de fond cet état des lieux pour dresser le portrait plein d’amour et de respect pour un homme exceptionnel, véritable humaniste, médecin des pauvres, utilisant le bon sens, l’optimisme et l’enthousiasme pour lutter contre la main de fer de la gente totalitaire en place.

Un véritable hymne à la joie, un formidable élan de vie suinte de ce visage paternel dépeint avec adoration par un fils ébloui et quelque peu écrasé par cette personnalité hors norme mais qui a su se rendre « inoubliable ».

Le style est fluide,  élégant, la traduction parfaite

A quoi sert la littérature ? A vivre mille vies..Penchez vous sur celle d’ Hector Abad, c’est un véritable joyau.

LA FRANCE ORANGE MECANIQUE. Laurent Obertone ♥♥♥

image orange mecanique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DOCUMENTÉ.

PERCUTANT.

HALLUCINANT.

A PLEURER (de rage)

IL FAUT RENTRER MAINTENANT. Eddy Mitchell avec Didier Varrod

 

 

 

 

 

 

Qu’il soit sympa, on le savait.

Qu’il soit pudique, on le percevait.

Qu’il soit intelligent, on s’en doutait.

Qu’il ait de l’humour, on le soupçonnait.

Monsieur Eddy fait partie de ceux dont on aimerait bien croiser le chemin et pourquoi pas s’y arrêter.

Sans fioriture, fidèle, lucide, observateur et heureux : un homme, en somme…

Pas de surprise Eddy Mitchell est ce qu’il donne : un souffle humain.

DANS LES FORETS DE SIBERIE. Sylvain Tesson

 

 

 

 

 

 

 

 

Un journal, un livre de bord tenu par un « second » : l’Astrolabe au jour le jour sans le naufrage, Jeremiah Johnson sans le son ni l’image. Avec des soliloques affligeants qui nous démontrent avec force combien le dialogue,lui est enrichissant.

Sylvain Tesson a certainement des images extraordinaires dans la tête mais c’est dommage qu’il ait oublié son Nikon, il nous aurait alors peut être, ému.

Fan de grands espaces et d’aventures solitaires lisez ou relisez plutôt Jack London ou Jean Raspail : ronronnements assurés !

TRAITE D’ATHEOLOGIE. Michel Onfray ♥♥

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous hésitez à choisir entre telle ou telle religion monothéiste ? Michel Onfray règle votre problème en quelques chapitres cinglants et explosifs. Enrichie d’une connaissance bibliothécaire sur le sujet, il dresse un portrait au trinitrotoluène des différents fondements et recommandations des trois principales religions qui nous gouvernent.Avec une acuité et une lucidité saisissante et une simplicité confondante. Son intelligence est inquiète, inquisitrice et son propos véritablement « dé-constructeur » s’appuie sur des faits que le simple « bon sens » dénonce.Mais ce qui reste frappant est une colère sourde, permanente qui habite ce philosophe prosélyte de l’athéisme et qui semble renier que « l’homme est un animal religieux ». Ses foudres sont justes et précises mais n’espérez pas trouver, du moins dans cet opus, un embryon minéral vous permettant de construire un nouvel élan humain.

Et si l’agnosticisme était la position la plus confortable ?

JARDINS. Les vrais et les autres. Umberto Pasti et Pierre Le-Tan ♥

 

 

 

 

 

 

« Garden-designers » évitez cet écrit ou bien mettez votre armure et baissez votre heaume !

Ce document est un pamphlet contre la bêtise de la supposée toute puissance de l’homme sur la nature et son désir mégalo-maniaque de plier celle-ci à ses desiderata pseudo artistiques au mépris total des règles du monde végétal soumis à des lois climatiques et de terroir. Une diatribe violente contre l’utilisation immédiate et fiévreuse du jardin comme reflet d’une réussite sociale et mondaine, antithèse d’un «  Silence, ça pousse ! « .

L’auteur nous en rappelle ses lignes simples : humilité, patience, respect, connaissance et amour (tous ces termes gothiques peuvent être retrouvés dans tous dictionnaires basiques …)

LE LABYRINTHE DU MONDE. Marguerite Yourcenar ♥♥♥

 

                                          

 

 

 

 

 

 

Marguerite Yourcenar est une grande dame, une très grande dame de la littérature. Certains ne s’y sont pas trompés puisqu’elle fut la première femme Immortelle de cette Académie fondée sous Louis XIV ( brisant presque trois siècles de « mâle » règne !). Il en fallait du talent, de la technique et de la maitrise littéraire pour bousculer les poussières dorées de cette illustre institution !!

Bien sur, il y a ses oeuvres les plus connues (Mémoires d’Hadrien, L’oeuvre au noir, Les Nouvelles Orientales, Alexis ou le Traité du vain Combat, Le Denier du rêve …) qui sont de véritables émeraudes pouvant siéger dans toute bibliothèque même minimaliste.

Mais Marguerite Yourcenar est une femme du Nord qui a poursuivi l’oeuvre de sa vie, s’y re-penchant maintes et maintes fois, fignolant, ciselant les contours : son autobiographie, véritable arbre généalogique de la famille Crayencour : Le Labyrinthe du Monde.

Et nul doute qu’il fallait une virtuosité et une habileté rare pour arriver à passionner de simples mortels pour une famille bourgeoise de la Flandre française !

Eh, bien elle y réussit au delà de toutes espérances et c’est bercé par la mélodie extraordinaire de sa prose, son souci du détail et son harmonie de la narration que l’on traverse les siècles en compagnie des ses aïeux sans une once d’ennui.

Quel talent ! Mais quel talent !!

Haut de Page