Archives pour la categorie ‘coup de coeur’

L’ASSASSIN. Maurice Genevoix ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

Il en a fait un des plus beaux fleuves du monde : la Loire lui doit ses plus belles pages (Agnès, La boîte à pêche, la Loire et les garçons..), la « grande guerre » son récit le plus poignant (Ceux de 14), la France rurale des années 20 ses plus beaux tableaux (Raboliot, Rrou, Rémi des Rauches, La Dernière Harde, La Forêt Perdue). Maurice Genevoix, un des sabres les plus fins de l’Académie Française,a écrit tant de pages toutes plus éblouissantes les unes que les autres !

Cet opuscule est ,entre tant d’autres, un rubis étincelant : une chronique, un fait divers banal dans un trou provincial d’après guerre mais qui va devenir le théâtre grandiose de toute la lâcheté humaine, la rancune imbécile et tenace, la coalition d’un village contre la victime expiatoire. On peut songer à la magnifique   »Visite de la vieille dame  » de Durrenmätt ou au proche « Rapport Brodeck » de Philippe Claudel.

Comme quoi des thèmes universels, quand le talent s’en empare, peuvent encore toucher au plus profond !

A dévorer. Re-dévorer TOUT Genevoix. Quel émerveillement !

TOUT MAIGRET. Georges Simenon ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

Découverte tardive mais quel enchantement !

Simenon n’est pas seulement le maître de cet art pseudo mineur qu’est le roman policier, il est l’impressionniste des petits, des humbles de la France du Nord des années 30 à 60.

Qu’il dépeigne des mariniers, des ruraux,des petits bourgeois étriqués, des demi mondaines, c’est toujours avec tendresse et mélancolie qu’il brosse ses personnages si vivants, si chauds, si fragiles.

Avec une langue et une plume totalement maîtrisées, il dresse le portrait de l’âme humaine avec autant de justesse et de talent qu’un Balzac

Pas de doute, l’Académie Française a raté un de ses meilleurs impétrants !

LES OLIVIERS DU NEGUS. Laurent Gaudé ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

Laurent Gaudé est, par excellence, le peintre des grandes batailles et des grands mythes qui dévoile devant vos yeux démesurés le souffle épique, flamboyant des grandes armées étincelantes (La mort du roi Tsongor), le chaos (Ouragan), la fureur (Le soleil des Scorta), l’ignominie (Cris, Eldorado), la déraison, la pure folie, l’irrationnel et le mystique (La porte des enfers, Théâtres).Mais aussi de la tendresse, de la douceur avec une infinie tristesse

Il y a du Munch, du Cerquozzi dans ses pinceaux, du Homère, du Hugo, du Sophocle dans sa plume : pas de doute cet homme est un initié, un élu

Il nous livre quatre récits où s’épanouit la grâce talentueuse de son écriture à travers des histoires qu’il affectionne et dont il est le maitre.

« Tout est bon chez lui il n y a rien à jeter » chanterait  un poète de talent…

 

L’ART FRANÇAIS DE LA GUERRE. Alex Jenni ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

 

Attention! Chef d’oeuvre ??

Ce livre est un grenier rempli de malles hétéroclites ouvertes sur une histoire du monde contenant  la violence passée, présente et à venir.

De la deuxième guerre mondiale en passant par l’Indochine, l’Algérie et le monde présent, par l’intermédiaire de son héros irradié et de son conteur désabusé, Alexis Jenni,dans des pages surprenantes de lucidité, se pose la question de l’origine de la violence inhérente à l’espèce humaine, inscrite dans son patrimoine génétique et dont les dérives sociétaires en permettent toute l’expression.L’auteur décortique avec patience – et quelques longueurs- les rouages complexes (?) qui peuvent en déclencher l’explosion.

En avoir fait un « art français de la guerre » avec pseudo-obéissance, lâcheté,obstination zélée et échec éclatant ??? n’est ce pas là les conditions sine qua non de tous les conflits sous toutes les bannières ??

A lire. A lire. On ne peut rester indifférent.

LE TURQUETTO. Metin Arditi ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

 

Des pans de vie dessinés à la mine de plomb d’un geste aussi sûr que le Turquetto lui même.

Quatre volets essentiels d’une vie mêlant le génie, le talent, le pouvoir, le soleil approché et la chute d’Icare

Un très beau voyage de Constantinople à Venise à l’apogée du Quattrocento mais dans l’atmosphère soufrée des tribunaux de l’Inquisition

Une fiction au style sobre comme une calligraphie d’une précision saisissante; et l’on se surprend à dériver : et si « L’homme aux gants » n’était pas du Titien ….

UN COEUR INTELLIGENT. Alain Finkielkraut ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

Ce livre est un diamant

Tous les feux de l’intelligence de Finkielkraut font chatoyer pudiquement des éclats sentimentaux étonnant de la part de ce philosophe si concentré sur la pensée et la raison

A travers un choix littéraire éclectique d’oeuvres marquantes sur la destinée humaine, quand Finkielkraut associe le coeur et l’intelligence vous obtenez un joyau

LA GUERRE DES JOURS LOINTAINS. Akira Yoshimura ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

Que faire quand vous êtes poursuivi pour crimes de guerre alors que vous n’avez rempli que votre devoir de combattant? Et que vous appartenez aux vaincus d’une nation fière jusqu’à l’extrême. C’est une fuite de survie, honteuse, humiliante, incompréhensible.

Yoshimura dans une analyse arachnéenne, retrace le cheminement moral, intellectuel et affectif de son personnage, frère de sang de tant d’êtres humains broyés par la machine guerrière

PARIS-BREST. Tanguy Viel ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

« Tout le monde s’en fout des histoires de famille… » sauf que celle-ci est un extrait de concentré de cyanure. Une bouffonerie au vitriol. Une  galerie de héros balzaciens revus et corrigés par les frères Coen. Une construction en kaléidoscope avec un phrasé parfois célinien et la méchanceté d’un Léautaud. L’auteur, as du bistouri, dissèque sous son scalpel acéré toutes les vilenies, les bassesses et les médiocrités avec la précision éblouissante d’un entomologiste.

Jouissif !!

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

CE QUE JE SAIS DE VERA CANDIDA. Veronique Ovaldé ♥♥♥

 

Un conte onirique à l’écriture légère comme une plume, exaltant le destin inéluctable de trois femmes écrasées par le poids d’un secret inavouable. Un décor imaginaire, exotique, moite, propice aux langueurs sensuelles et aux brûlures passionnelles. Trois personnages d’une puissance et d’une violence inouïes liés de façon implacable dans leur rôle d’amantes, de mères, de filles tentant de manière désespérée et avec plus ou moins de bonheur d’échapper à la malédiction.

Un livre envoutant, dévastant tel un cyclone tropical dont on sort ébloui, comblé et muet. Merci !!

Lauréat Grand prix des lectrices Elle 2010

L’AMI DE JEUNESSE. Antoine Sénanque ♥♥♥

Une petite perle dans un écrin discret.

Une vision mélancolique et iconoclaste d’un homme qui a observé, noté, respiré, tremblé, aimé, rejeté un monde médical très dur, envahissant, chronophage, destructeur -tellement vrai- loin des clichés conventionnels et idéalisés et qui met en parallèle une sauvegarde hypothétique et personnelle par une intronisation difficile dans le lieu le plus mythique : la Sorbonne. Et cela grâce à son « ami de jeunesse » aussi solaire que l’auteur est lunaire et qui permettra, peut être, on peut l’imaginer, la transformation de la chrysalide en papillon.

Petite musique triste, lucide mais époustouflante de sincérité et d’exorcisation.

Haut de Page