Laurent Gaudé est, par excellence, le peintre des grandes batailles et des grands mythes qui dévoile devant vos yeux démesurés le souffle épique, flamboyant des grandes armées étincelantes (La mort du roi Tsongor), le chaos (Ouragan), la fureur (Le soleil des Scorta), l’ignominie (Cris, Eldorado), la déraison, la pure folie, l’irrationnel et le mystique (La porte des enfers, Théâtres).Mais aussi de la tendresse, de la douceur avec une infinie tristesse

Il y a du Munch, du Cerquozzi dans ses pinceaux, du Homère, du Hugo, du Sophocle dans sa plume : pas de doute cet homme est un initié, un élu

Il nous livre quatre récits où s’épanouit la grâce talentueuse de son écriture à travers des histoires qu’il affectionne et dont il est le maitre.

« Tout est bon chez lui il n y a rien à jeter » chanterait  un poète de talent…