Attention, coup de pub !!!!

Histoire d’un homme devenu indifférent à toutes les sollicitations de la vie (amour,sexe, alcool,drogue and rock’roll) et qui va tenter, fichtre, de bien savoir pourquoi….

« Si les mots ont encore un sens, n’hésitons pas, c’est un chef d’oeuvre » Sud ouest. Oeuvre peut être, chef pas sûr….

« Karoo est un hymne admirablement retors à la littérature » Le Monde. Quelle littérature ? Celle du nombrilisme exacerbé passé au crible du microscope électronique ?

« Tesich accomplit une prouesse littéraire » Les Inrockuptibles. Si les mots ont encore un sens, alors que dire de celle de Michael Phelps ou Teddy Rinner….

« C’est un roman noir électrisant, mangeur d’hommes » Le Figaro Magazine. Malheureusement il y a surement eu panne de secteur et au final aucune morsure n’a été à déplorer. Ouf !

607 pages, c’est long, surtout quand on s’ennuie.. et l’assimilation à un Easton Ellis ou un Roth est peut être hyperbolique (quoique..)

Madame Bovary a généré le bovarysme, Oblomov l’oblomovisme, on peut douter lire un jour dans un dictionnaire le karooisme…

Faites vous plaisir lisez plutôt ou relisez Jay Mac Inerney, Wallace Stegner, Paul Auster ou Jim Harrison.