Quand les maisons d’éditions et leurs complices cesseront de prendre les pauvres lecteurs pour des billes de flipper et de les catapulter dans leurs petits filets garnis pour leur vendre des soi disant romans d’exception (comme Karoo par exemple) juste bons à caler l’armoire normande de tante Léontine ???

Quand cessera t on de nous infliger des pavés monstrueux de plus de 600 pages,indigestes dont près de la moitié pourrait être supprimée sans nuire une nanoseconde à la compréhension du texte bien au contraire (mais que font les rewievers …) ?

Prétendre que ce « roman » est une vision rare et profonde de l’Amérique est un camouflet à de merveilleux écrivains américains qui,eux, savent de quoi ils parlent.

Banal roman policier confus,poussif, laissez tomber et lisez plutôt Pete Dexter ou Jim Thompson, 400 pages de moins, mais quel plaisir !

Première gamelle du Goncourt des lycéens..