image chardonneret

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a plus de vingt ans Donna Tartt nous assommait avec un pavé de 600 pages, véritable Ovni littéraire : Le maître des illusions, resté de nombreuses années dans les annales du genre. Son deuxième roman (12 ans après) Le petit ami ne fut pas à la hauteur des attentes par trop de complexité, d’emphase et de manque de souffle. Douze ans après, son troisième roman Le Chardonneret….

Pas de doute Dona Tartt s’est remis en selle et nous offre un steeple chase magistral dans le monde de la peinture et des antiquaires à travers le regard d’un enfant, rare rescapé d’un attentat terroriste dans un musée mais qu’il ne quittera qu’après avoir subtilisé une oeuvre d’art inestimable qui deviendra le fil rouge de sa vie aux multiples péripéties et rebondissements. Un Oliver Twist dans la jungle américaine du XXI°siècle.

On en reprend 800 pages et l’on est à nouveau assommé par la maîtrise du récit et la fresque gigantesque jaillissante sous la plume de Dona Tartt qui est certainement une grande avec ses faiblesses et ses coups de maître

Prenez une grande inspiration et plongez, les abîmes décris y sont sublimes.