LE SENS DE LA FAMILLE. A.M.Homes.

 

Une vision réaliste, crue, sans apitoiement ni mélodrame qui pose les questions justes et les multitudes de réponses inhérentes au conflit de « l’adopté » et de « l’adoptant ». Surtout quand les parents biologiques, réapparaissant, posent le problème de l’identité familiale.

Juste interessant

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LILA,ETRE ESCLAVE EN FRANCE ET EN MOURIR. D Torres et JM Pontaut.

 

 

 

 

 

Sujet totalement explosif mais malheureusement les auteurs ont sauté sur toutes les mines et le résultat est une bouillie immangeable. Pourquoi n’avoir pas traité ce sujet en s’en tenant aux faits qui ont suffisamment de puissance et d’horreur et l’avoir transformé en un pseudo-reportage même pas digne d’un élève de CM2.

Copie entièrement à revoir !

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LARKE ET TERMITE. JA Phillips.

 

Un conte fantastique mêlant toutes les vicissitudes de la vie heurtant des êtres fantasmagoriques explosant de vie, moitié ange moitié homme dans un univers hostile à toute quiétude et à toute sérénité. Avec pourtant une innocence et une fraîcheur incomparable. Complètement inattendu et parfaitement réussi

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

 

LE CIEL DE BAY CITY. Catherine Mavrikakis.

 

Un torrent de haine, de hargne, de violence morbide avec un style répétitif comme une mélopée. Un déchainement de mots projetés au fusil mitrailleur d’un univers délirant. L’abolition du cortex supérieur avec une explosion du rhinencéphale signe ce roman onirique inondé d’irréalité et soutenu par une volonté acharnée d’anéantissement absolu. Un cauchemar dont on sort exsangue. De toute évidence un échec total de la psychanalyse !

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

FAKIR. Antonin Varenne ♥

 

Un roman dans lequel on rentre à petit pas presqu’à reculons tant le sujet déroute, dérange et où l’on découvre des personnages, atypiques, marginalisés de gré ou de force mais ne lâchant jamais le fil conducteur de leur vie. L’intrigue policière en est presque secondaire tant les protagonistes nous saisissent dans l’originalité de leur existence, de leur mode de vie et de pensée. L’hémoglobine semblait assurée et curieusement c’est dans l’encre d’un sérum, ô combien plus riche, que l’auteur a mouillé sa plume. Un roman policier curieux, attachant atypique comme ses héros .

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LE TESTAMENT CACHE. Sebastien Barry ♥

 

Livre tendre, romantique, complexe sur l’acceptation d’une destinée morcelée en de multiples petits miroirs reflétant des éclats de mémoires comme un immense puzzle qui se reconstitue lentement sous nos yeux. Aussi doux qu’un rayon de soleil sur la bruyère de la lande et aussi féroce qu’une tempête ravageant les côtes déchiquetées. Lancinant, profond et puissant comme une ballade irlandaise.

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LA FACULTE DES REVES. S. Stridsberg

 

Hallucinant, proprement dément. A n’ouvrir qu’après avoir ingurgité des doses quasi létales de substances  illicites pour espérer un millième de seconde appréhender l’intérêt, certainement  immense, de la vie de l’héroïne, Valérie Solanas. Amis psychiatres à vos marques, Prêt ? Partez !!

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LES PIEGES DU CREPUSCULE. Frank Tallis ♥

 

Un tandem élitiste dans une Vienne baroque à une période crépusculaire de l’Histoire. Un léger parfum de Conan Doyle.

Une très grande érudition quasi « analytique » donnant l’illusion d’un roman historique où se mêle le sublime et le « trash » en de subtiles partitions jouant sur toute l’étendue de nos cinq sens.

Atypique et envoûtant

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

L’INTRANQUILLE. Gerard Garouste et Joelle Perrignon ♥

Après 100 pages fastidieuses, peut être pour nous convaincre que le talent n’a pas besoin de l’alibi éculé du microcosme familial érigeant la bêtise en dogme universel, ce livre jaillit à la page 105 en un véritable feu d’artifice ; où la sincérité, la simplicité, la véritable personnalité de l’artiste dépouillé de tout son fatras identitaire, nous font toucher la grâce et le talent profond de ce peintre curieusement chéri des Dieux.

Bravo l’artiste !

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

 

L’AMI DE JEUNESSE. Antoine Sénanque ♥♥♥

Une petite perle dans un écrin discret.

Une vision mélancolique et iconoclaste d’un homme qui a observé, noté, respiré, tremblé, aimé, rejeté un monde médical très dur, envahissant, chronophage, destructeur -tellement vrai- loin des clichés conventionnels et idéalisés et qui met en parallèle une sauvegarde hypothétique et personnelle par une intronisation difficile dans le lieu le plus mythique : la Sorbonne. Et cela grâce à son « ami de jeunesse » aussi solaire que l’auteur est lunaire et qui permettra, peut être, on peut l’imaginer, la transformation de la chrysalide en papillon.

Petite musique triste, lucide mais époustouflante de sincérité et d’exorcisation.

Haut de Page