PARIS-BREST. Tanguy Viel ♥♥♥

 

 

 

 

 

 

« Tout le monde s’en fout des histoires de famille… » sauf que celle-ci est un extrait de concentré de cyanure. Une bouffonerie au vitriol. Une  galerie de héros balzaciens revus et corrigés par les frères Coen. Une construction en kaléidoscope avec un phrasé parfois célinien et la méchanceté d’un Léautaud. L’auteur, as du bistouri, dissèque sous son scalpel acéré toutes les vilenies, les bassesses et les médiocrités avec la précision éblouissante d’un entomologiste.

Jouissif !!

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

L’HOMME QUI M’AIMAIT TOUT BAS. Eric Fottorino ♥

 

 

 

 

 

 

Un chant d’amour simple, cristallin, entêtant  parfois triste jamais amer. Un champ d’amour vaste, infini, creusé de larges sillons droits et fiers engendré, peut être, par l’enseignement de valeurs essentielles et nobles. L’obsession d’un être que l’on voit se dessiner par petites touches pastels et pudiques liée à l’éternelle question sans réponse : « pourquoi ? »

Un livre d’une vie qui se lit et qui s’évanouit ?

Lauréat Grand prix des lectrices Elle 2010

LES VISAGES. Jesse Kellerman ♥♥

 

 

Une idée de départ époustouflante. Un thriller atypique sans autopsie de cadavres. Une énorme pelote, un petit bout de laine et un écheveau que l’on file sans se rendre compte que celui-ci vous enserre et vous immobilise pour vous bluffer sur le fil. Excellente construction au rythme méthodique, ce livre avance masqué mi-roman mi-policier.

Lauréat Grand prix des lectrices Elle 2010

UN PIED AU PARADIS. Ron Rash.

 

Un même crime éclairé par la lueur différente des âmes qui l’ont incité et perpétré donne à ce policier un genre à part. L’auteur démonte les mécanismes implacables du hasard et des raisons qui peuvent pousser des êtres frustres à commettre l’irréparable et à vivre avec. Simple et efficace.

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

CE QUE JE SAIS DE VERA CANDIDA. Veronique Ovaldé ♥♥♥

 

Un conte onirique à l’écriture légère comme une plume, exaltant le destin inéluctable de trois femmes écrasées par le poids d’un secret inavouable. Un décor imaginaire, exotique, moite, propice aux langueurs sensuelles et aux brûlures passionnelles. Trois personnages d’une puissance et d’une violence inouïes liés de façon implacable dans leur rôle d’amantes, de mères, de filles tentant de manière désespérée et avec plus ou moins de bonheur d’échapper à la malédiction.

Un livre envoutant, dévastant tel un cyclone tropical dont on sort ébloui, comblé et muet. Merci !!

Lauréat Grand prix des lectrices Elle 2010

LES INSOMNIAQUES. Camille de Villeneuve ♥♥

 

Une description sur le fil du rasoir d’un monde révolu, d’une espèce en voie de disparition. L’image d’une fin de race dont seules les femmes ont pu en avoir la lucidité et la clairvoyance pour fourbir les mots décapants sur la décadence d’une caste qui n’est peut être que le parfait reflet de notre propre déclin.

Une belle étude de mœurs, puissante, dense sans nostalgie et pleine d’intelligence.

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

L’ANNEE BROUILLARD. Michelle Richmond.

 

Une simple disparition sans indice tangible évoluant vers une quête mystique du Graal. Une recherche éperdue, passée au microscope électronique balayant toutes les angoisses, tous les doutes, tous les espoirs les plus fous jusqu’à l’improbable rencontre. Roman d’une densité étouffante, on ne peut être que ballottée, happée, secouée par cette vague immense inhumaine : retrouver un enfant perdu.

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LE TOURISTE. Olen Steinhauer ♥

 

Un roman d’espionnage à l’ancienne avec de véritables traîtres mi Fleming mi Le Carré et des espions malins utilisant leur substance grise plus que les puces électroniques. Un imaginaire  très bien construit, un scénario bien ficelé, une histoire simple et solide.

Mais qu’attend la Paneuropéenne pour acheter les droits et contacter Georges Clooney ?

Selection Grand prix des lectrices Elle 2010

RETOUR D’EXIL D’UNE FEMME RECHERCHEE. Helene Castel ♥

Un acte de barbarie irréfléchi égocentrique, une fuite véritablement miraculeuse autorisant l’apprentissage du don et des autres permettant ainsi l’acceptation humble du prix à payer : la prison. Véritable plaidoyer pour une rédemption toujours possible, sans apitoiement avec lucidité et courage.

Un récit original d’un être singulier à la vie paradoxale.

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

LAIT NOIR. Elif Shafak.

 

 

Une bonne idée de départ : l’analyse macro et microscopique de la dépression du post partum mais qui vire très vite à la psychose puerpérale mâtinée de schizophrénie. Un imbroglio de « personnages » fictifs piqués à Alix Girod de L’Ain, louchant vers une psychanalyse de bac à sable dans lequel seraient tombées, par le plus grand des hasards et pour une cause totalement inconnue, de véritables icones de la littérature (Doris Lessing, Beauvoir, Kristeva, Woolf…). Tout cela pour expliquer que la maternité n’est pas compatible à l’ « enfantement » littéraire ?

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer, n’est ce pas ?

Sélection Grand prix des lectrices Elle 2010

Haut de Page